Tag Archives: america’s cup

#RaceToBermuda

The next time the world will see America’s Cup racing is on the beautiful, natural amphitheater of the Great Sound in Bermuda. Three America’s Cup teams are already based in Bermuda, they weigh in on the venue and what we can expect to see in 2017

Designed to fly

by Oracle Racing Team

How does a catamaran that weighs approximately 2.5 tons lift out of the water and foil while it’s under sail . . . oh, and without sliding sideways from the force of the wing? Find out from Steven Robert of ORACLE TEAM USA about the important design elements of “Oracle 17” that help make this possible in our latest #‎TechTuesday feature by Javier Salinas / ORACLE TEAM USA. 3D Animations by Cadabra Applied Computer Graphics Int.

Le ridicule ne tue pas ! (Silly never dies)

by adonnante.com

© SANDER VAN DER BORCH / ARTEMIS RACING

© SANDER VAN DER BORCH / ARTEMIS RACING

Alors que l’America’s Cup fait un grand pas en avant en France avec l’arrivée d’un nouveau sponsor pour l’équipe de Franck Cammas et l’accueil des AC World Series à Toulon en septembre prochain, la réalité est toute autre.

Demain s’entretient aujourd’hui !
Signer un nouveau sponsor est toujours un événement important dans l’histoire d’une équipe sportive, surtout quand il s’agit de l’America’s Cup. Bon an mal an la France réussit aléatoirement à participer au plus vieux Trophée sportif du Monde. Avec une aide financière de 1,5 million par an, l’apport de Norauto peut faire sourire quand on sait que cela ne couvrirait même pas la seule ligne salariale d’ORACLE Team USA alors que Russell Coutts est annoncé à plus de 45 000 € par mois et qu’un simple grinder américain gagnait mensuellement 25 000 € lors de la précédente édition… Seul point positif pour les Français est cette vision à long terme – cinq ans de partenariat – qui permet d’être plus réactif pour la 36e édition de la Coupe.

Toulon, Toulon, deux minutes d’arrêt
À 2 millions d’Euros l’étape des AC World Series, peu de ports en France pouvaient se permettre se luxe d’accueillir quatre régates (sic) des éliminatoires de l’America’s Cup. Quatre régates veulent dire quatre manches, soit deux manches uniquement par jour de course. À ce prix-là, la ville de Toulon a répondu présente et a déjà lâché 500 000 € sur la table, mais pour quelle visibilité ? Alors que les AC45F seront en stand-by du côté de la Seyne-sur-Mer, le carré du port de la ville de Toulon restera désespérément vide. Seuls les adeptes de baignade et de bains de soleil sur les plages du Mourillon pourront espérer jouir d’un spectacle de haute voltige caché derrière des gradins difficilement accessibles. Et pas question de voir cela depuis la mer, le périmètre de sécurité est tel que la compréhension des matchs sera bien difficile à comprendre… Mais bon pour deux fois 15 minutes de course quotidienne (33 000 € la minute au frais du contribuable tout de même), personne ne perdra réellement son temps…
Autant dire qu’il va falloir en brûler des cierges à la cathédrale de Toulon pour prier que les conditions météo soient favorables. Un coup de Mistral ou deux jours de pétole et cet événement interplanétaire sera de la poudre aux yeux !

Une visibilité internationale
La Coupe de l’America c’est surtout cela. Une visibilité internationale vendue pour 1 milliard de téléspectateurs. Mais ce que ne disent pas les organisateurs c’est que c’est 1 milliard potentiel tous médias confondus qui ont accepté de payer les droits de retransmission. Droits qui seront accordés aussi au compte-gouttes sur Youtube qui filtrera sans ménagement les adresses IP et donc les pays autorisés à admirer ce show nautique. Et c’est sans compter une application mobile PAYANTE toujours aussi décriée et inopérante. Pas moins de 2 étoiles sur Google Play… sur un score de 5. Beau score s’il en est pour une App à 25$ à l’année ou 7$ le week-end, ce à quoi il faut rajouter 4$ par week-end pour avoir droit à voir le Live… uniquement dans les pays concernés. Français passez votre chemin !

Pour en revenir sur les 1 Milliard de spectateurs, il est bon ton de rappeler que la chaine Youtube officielle de l’America’s Cup n’a que 150 000 abonnés et que la 9e et dernière manche cruciale de la 34e America’s Cup n’est qu’à 1 million de vue depuis 2 ans et demi de mise en ligne ! Et les Replay des différentes manches peinent à passer la barre des 300 000 vues. Autant dire que le milliard de téléspectateurs est loin d’être acquis et n’est qu’un tour de magie proposé par les commerciaux de la Coupe.

Et ce n’est pas nous, pauvres Français, qui allons aider à gonfler ces chiffres. La Coupe est une nouvelle fois prise en otage par le groupe Canal + qui aura l’exclusivité des retransmissions en France. Inutile d’espérer gruger et voir les matchs sur Youtube ou sur votre mobile. Pour accéder à la Coupe il faudra payer votre abonnement Canal +, ou une bière dans un bar et espérer que le public préféra regarder la voile plutôt que le foot. L’application mobile, payante il faut le rappeler, sera une nouvelle fois inopérante alors que les directs y seront bannis faute à la main mise de la chaine cryptée sur les droits de retransmission. Pour tenter d’y voir quelque chose l’application Periscope sera très certainement salvatrice…

Pour revenir à cette visibilité internationale, que penser d’un site Internet et d’un axe de communication entièrement tournés vers l’anglais ? Sur les six équipes présentes, la moitié ne font pas partie de pays anglophones. Ne décliner le site et les communiqués de presse qu’en anglais est un renfermement sur soi-même et non une ouverture sur le monde. Difficile d’attirer le chaland dans ses conditions et de gagner des parts de marché.

La Coupe de l’America est donc clairement rentrée dans une ère de profits au service de ses investisseurs aux dépens de ses acteurs et du consommateur. La mondialisation est partout…

Original post here

Getting Ready to Race in Oman

by americascup.com

The Louis Vuitton America’s Cup World Series is coming to Oman. 27-28 February 2016.

Emirates Team New Zealand skipper Glenn Ashby will lead his team into racing at the Louis Vuitton America’s Cup World Series Oman at the end of the month with a 10-point advantage over defending America’s Cup champion ORACLE TEAM USA. Olympic champion Ben Ainslie’s Land Rover BAR team fills out the podium. But will the top three be the same after racing? There are a lot of points available in 2016, starting February 27-28 in Oman.

Emirates Team New Zealand gets Kiwi government funding

by NZ Herald

Photo by Chris Cameron

Photo by Chris Cameron

The Kiwi syndicate has been selected to receive Callaghan Innovation Growth Grant – the same scheme that has assisted Emirates Team NZ’s key rivals and America’s Cup holders Oracle Team USA. Oracle’s Warkworth-based boat-building operations, Core Builder Composites, was confirmed as a recipient of the grant in August 2014.

The grant gives taxpayer funding of 20 per cent of its R&D spend, up to a maximum of $5m for three years, plus GST. Companies can therefore get theoretical maximum funding of $17.25m.

Artemis Racing launches second Turbo

by Artemis Racing

artemisnwac45t

Artemis Racing has made a flying start to 2016, relocating the team’s sailing operations to Bermuda, and perhaps even more significantly, launching its second turbo development boat of this America’s Cup campaign.

The new boat, nicknamed ‘T2’, was launched in Alameda, California, in early January. Design Coordinator, Adam May, provides an insight into the team’s development pathway for the 35th America’s Cup:

“Very early in this America’s Cup’s cycle we upgraded our existing foiling AC45, a boat similar to those used in the Louis Vuitton America’s Cup World Series, to boost its performance and provide a platform to test appendages.”

“However, our development path truly began with our sister ship turbo program. ‘T1’ was launched in February 2015 as a test platform scaled to be similar to the AC62 class. The original AC45 foiler was then retired and converted into T2. There was a pause during its build while the AC class changed, and many features such as a similar deck layout to that of the new AC Class were incorporated into T2.”

“T2 is our second fully loaded turbo charged AC45. The extra beam (for more righting moment), larger wing, cockpits, and full fairing package; make it a very different beast to the narrow traditional AC45s with foils.”

The team completed a successful 10-day camp in Alameda, ahead of the imminent relocation of Artemis Racing’s sailing operations to Bermuda.

Iain Percy, Team Manager, commented “It was very satisfying to launch T2 before we left for Bermuda. The design and build of this boat was our key focus for 2015, and I’m very proud of the result of the team’s ingenuity and endeavour. It was particularly pleasing to be foiling around the Bay on day one without any significant teething problems, giving us the chance to maximize the precious time on the water. We took away a number of key learnings and directions for our future America’s Cup Class development program”.

T2 will soon be lining up on the Great Sound against its sister ship T1 in what will be an important stepping stone towards the team’s goal of winning the 35th America’s Cup.

“Two boat testing is an important component of our campaign strategy. It’s going to be quite a sight seeing two Artemis Racing boats flying over the America’s Cup race course”, said Iain Percy.

ORACLE TEAM USA on the move in 2015

by OracleRacingTeam

2015 was a critical year for ORACLE TEAM USA and its campaign to win the America’s Cup in 2017. The team moved to a new base in Bermuda, competed in three Louis Vuitton America’s Cup World Series events and has launched and sailed two AC45S test boats, with a third nearly ready to go in the new year. It was a busy year, and 2016 looks to be just as exciting. “We’re trying to always the raise the bar and get faster and faster,” says helmsman and sailing team manager Tom Slingsby.

Franck Cammas : «Notre retard en design est comblé »

by voilesetvoiliers.com

Ne croyez-pas que Franck Cammas se prélasse dans son canapé durant sa convalescence suite à son accident de décembre (double fracture ouverte tibia-péroné) ! Le skipper de Groupama Team France est tous les jours ou presque à la base de Lorient, au four et au moulin… alors que la construction de l’AC 45 Turbo vient de démarrer sur trois sites distincts. Petit point à un an et demi de la 35e édition aux Bermudes.

Photo @ Didier Ravon

Photo @ Didier Ravon

Voilesetvoiliers.com : Déjà, comment va ta jambe ?

Franck Cammas : Ça va plutôt bien. La plaie n’est pas tout à fait rebouchée, mais les os commencent à se consolider selon les radios. J’ai attaqué la rééducation à Kerpape (l’un des centres d’excellence en France en la matière ; ndlr). Quand je vais pouvoir poser le pied par terre et pouvoir mettre du poids dessus, je serai content.

Voilesetvoiliers.com : Tu espères pouvoir re-naviguer quand ?

F.C. : Franchement, je ne peux pas le dire à ce jour, mais j’espère fin … continue reading on voilesetvoiliers.com